Agir avec les collègues TH du MAA dans un contexte de crise sanitaire et sa phase de déconfinement

Actualité
Typography

Le confinement a fragilisé les personnes en situation de handicap

La crise sanitaire liée au COVID-19 a mis en exergue les dérives du libéralisme et de la mondialisation de l’économie. Elle a aussi eu des répercussions aussi importantes que désastreuses tant sur la santé que sur le plan social. Ainsi les personnes en situation de handicap(TH) sont, une nouvelle fois, touchées de plein fouet !

Durant la période de confinement les collègues TH relevant de notre ministère n’ont pas tou.te.s bénéficié.e.s d’un accompagnement ou d’une vigilance particulière de la part de leur direction. Or les conditions de vie et les conditions matérielles et psychiques de travail à distance ont été fortement dégradées en particulier pour ces collègues TH !

Dans la période de dé-confinement avec la continuité du travail à distance à domicile et pour certain.e.s de reprises en présentiel, l’ensemble de la chaîne hiérarchique, du plus haut niveau des cabinets du ministère, en passant par tous les services et les directions des établissements sous tutelle dont ceux d’enseignement, doit accompagner tou.te.s les collègues fragilisé.e.s.

Risque d'isolement accru avec la poursuite du télétravail

Le risque d’Isolement est renforcé par la poursuite de l’activité en travail à distance à domicile. Le caractère anxiogène de la crise sanitaire qui perdure en aggrave les effets.

Les collègues TH ont souvent des difficultés dans les déplacements, dans la gestion des courses, dans la continuité des soins, dans la distance avec leur famille, dans les problèmes de continuité d’aide humaine... Tous ces paramètres impactent fortement leurs conditions de vie quotidienne et leur situation de fatigue générale. Celle dernière handicape encore plus les collègues dans une ambiance de peur de risque de contamination qui peut s’avérer gravissime, pour certains d’entre eux ! 

Risque lié à l'hyper-connexion au travail

Sollicitations accrues par mail, par téléphone, par les réunions en visioconférence ou téléphonée…besoin de se rendre utile et d’exercer au mieux ses compétences, culpabilisation de ne pas en faire assez, de ne pas être présent sur son lieu de travail habituel, gestion des horaires avec les contraintes familiales prégnantes… Tout ceci entraîne un surcroît de travail, une fatigue supplémentaire et un stress permanent qui impacte défavorablement le vécu des collègues et à plus forte raison pour les collègues TH pour lesquels ces situations seront exacerbées !

Gestion de l'autonomie avec un poste de travail dégradé

La pratique du travail à distance à domicile rend difficile et compliqué l’organisation personnelle et particulièrement, pour ceux.celles qui ne disposent d'aucune expérience du télétravail.

Quels sont les moyens qui ont été mis à disposition des collègues pour s’adapter à cette nouvelle façon de travailler ? (Moyens matériels, numériques, formation en visio ou audioconférence, accompagnement du supérieur hiérarchique…). Comment travailler sereinement lorsque que vous n’avez que la table de la cuisine pour seule pièce tranquille à la maison ? Doit-on travailler jusqu’à minuit pour maintenir une activité exigée par la pression hiérarchique ?

Pour les collègues TH, la CGT Agri rappelle qu'il faut partir du principe que la situation de travail à distance à domicile doit réinterroger automatiquement l’aménagement initial du poste de travail et même pour ceux qui étaient déjà à un ou deux jours de télétravail !

En effet, comme cité dans le paragraphe précédent les conditions de santé et de vie au quotidien souvent précaires des TH - dans le sens d’aléatoires et d’équilibre fragile – ont été remise en cause par les contraintes du confinement et l’obligation de travailler à distance, donc au jour d’aujourd’hui les postes de travail des collègues TH ne sont plus du tout adaptés à la situation actuelle !

Maintien d'une communication régulière et transparente

Une communication de crise inadaptée est source de stress. Des collègues se demandent quel sera l'impact sur le maintien de leur activité, sur l'organisation ou sur la perte de leur droit dans la durée.

Le maintien d’un lien doit être indispensable avec les services RH pour les collègues TH ou fragilisés.

Suivi de l'activité et recensement de la santé morale et physique

Le travail réalisé dans ces conditions est moins productif que le télétravail encadré et régulier.

Le suivi de l'activité doit alors impérativement s'adapter à ces conditions inédites et particulières !!

Pour les collègues TH, une inadaptation ou une insuffisance en matière d’aménagement du poste de travail peut très vite les mettre en grande difficulté sur le plan de leur santé. Ceci peut générer une grande souffrance qui risquerait de les mener au burn-out, voir à l’arrêt de travail et parfois pour une longue durée !!

Adapter le rôle des encadrant.e.s

Le rôle des encadrant.e.s est modifié car il.le.s sont confronté.e.s à la nécessite de travailler avec toute une équipe à distance, compliquant ainsi leurs missions.

Les directions doivent donner les moyens matériels et humains aux encadrant.e.s pour soutenir les équipes de travail à distance et pour être à l’écoute des besoins de tou.e.s les collègues. Certain.e.s encadrant.e.s continue tout de même à demander de l’efficacité, de la productivité, du volontarisme et un « bon investissement personnel » !!

Maintien des droits des parents ou aidants familiaux

Suite au dé-confinement et aux ouvertures progressives des établissements scolaires, pour certain.e.s collègues dont l’établissement de leur enfant n’est pas pour le moment ré-ouvert et/ou dont les enfants sont en situation de fragilité, il faut préconiser le maintien en ASA garde d'enfant ou à leur demande le télétravail avec le matériel adapté (équipement informatique , de communication, et de posture : siège adapté, etc…) mis à disposition par l’établissement pour ces collègues. Les deux situation ne doivent pas conduire à la perte de droits. ( Sur ce sujet signer et faites signer la pétition intersyndicale contre le vol des RTT et des CP)

Il en va de même pour les collègues qui sont aidants familiaux de leur enfant en situation de handicap ou de leurs parents âgés et /ou en situation de handicap.

Pour tous ces collègues la situation est bien souvent inextricable et doit se gérer au jour le jour sur « le fil du rasoir » pour concilier tous ces paramètres en même temps !

Les supérieurs hiérarchiques doivent impérativement prendre en compte les obligations de ces collègues et faire preuve de discernement et d’écoute afin qu'ils puissent bénéficier de journées d’absences indispensable pour s’occuper des besoins particuliers de leur famille.

Le déconfinement et le retour à la normale devra être très progressif et s'adapter aux capacités des collègues

La situation des collègues TH devra être étudiée au cas par cas afin de ne pas les mettre en danger de contamination et de propagation.

Pour les collègues TH la durée de réadaptation pourra nécessiter plus de temps. Une visite auprès du médecin de prévention devrait pouvoir être proposée à tous les collègues qui en feront la demande et à condition qu'ils y aient accès ! En effet au moins 1/3 des collègues du MAA n'ont pas de médecin de prévention. Selon ce qui aura été vécu (décès dans la famille, atteinte du covid-19, ressources mobilisées durant cette période, fatigabilité, état de santé…) le retour à la vie sociale ne sera plus comme avant ! 

Lors de l’élaboration du PRA (Plan de Reprise de l’Activité) ministériel et de sa traduction dans toutes ses structures locales, en lien avec le service du SRH du chargé de mission handicap, la CGT Agri revendique les mesures suivantes pour les collègues en situation de handicap (TH) : 

  • Permettre et organiser la récupération sur leur lieu de travail du matériel adapté mobile (ex fauteuil ergonomique, écran spécifique…).Cette demande a déjà été portée auprès de l'administration par la CGT Agri.
  • Assurer un suivi spécifique des collègues en situation de fragilité (collègues reconnus TH ou collègues sortant de maladie) puis repérer ainsi ceux en difficulté nécessitant un accompagnement social ou lié à leur condition de travail. Tous les services compétents (DRH, correspondants handicap, médecin de prévention…) devront se mobiliser pour faciliter l’activité de ces collègues.
  • S’assurer que les aménagements de poste de travail soient effectifs pour ceux qui continuent le travail à distance depuis leur domicile ou le télétravail encadré. Proposer des réductions provisoires de temps de travail, des tâches ou d’activités ou du temps partiel thérapeutique.
  • Veiller à ne pas exclure de leur communauté de travail les collègues TH en travail à distance à domicile ou en télétravail, notamment pour les réunions faites à distance et le traitement des dossiers relevant de son périmètre d’activité.
  • Former aux problématiques des collègues en situation de fragilité les écoutant.e.s de la plateforme téléphonique IAPR mise en place par le MAA
  • Diffuser une note de service demandant aux encadrant.e.s de faire preuve de discernement dans leur exigence auprès des collègues et notamment ceux en situation de fragilité pour éviter une pression psychologique supplémentaire. Dans la répartition du travail entre les collègues en présentiel, ceux en télétravail et ceux en travail à distance à domicile, nous exigeons qu’une attention particulière s'applique aux collègues TH.
  • Vérifier si les protocoles et mesures de protection de retour en présentiel sont adaptés à leur situation de santé ou leur handicap (ex sens de circulation accessible…).
  • Prévoir dans les PRA une communication adaptée aux différentes situations de handicap et faciliter l’accès à cette information (ex la présence d’un interprète LSF pour les malentendants, des affiches en braille pour les malvoyants, …).
  • Prendre en compte la situation familiale des collègues aidants familiaux (enfant ou conjoint en situation de handicap, personnes âgées) ldans la nouvelle organisation du travail du PRA. 

Nous exigeons que toutes les directions veillent à leurs obligations de santé et de sécurité des collègues et plus particulièrement pour les collègues les plus fragiles, de faire preuve de discernement et d’humanité dans la période compliquée que nous traversons TOU.TE.S !!

Contacter Le Collectif Handicap de la CGT Agri
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 01.49.55.55.89

 

Tract en version PDF