CHRONIQUE D'UNE SITUATION PREVISIBLE DANS LES ABATTOIRS

Actualité
Typography

C'est toujours la course aux profits qui prime sur la santé des salarié.e.s travaillant dans des conditions très difficiles d'ordinaire et qui sont devenues inacceptables en cette période de crise sanitaire.

INACCEPTABLE

  • de continuer à faire tourner ces abattoirs alors que les salarié.e.s sont démunis de protections individuelles de qualité ;
  • d'imposer aux salarié.e.s de travailler dans une atmosphère chaude, saturée en humidité et mal ventilée, le masque devenant très vite humide et ne protégeant plus la personne d'autant plus qu'il est porté, souillé, pendant de trop nombreuses heures ;
  • de faire travailler les salarié.e.s à la chaîne, côte à côte dans la promiscuité sans distance de sécurité, avec des cadences imposées, du bruit élevé et des vestiaires non adaptés avec une absence de désinfections régulières et sérieuses ;

IRRESPONSABLE

  • d'avoir ignoré les alertes répétées des organisations syndicales quant aux situations vécues par ces salarié.e.s dans ces lieux très spécifiques nécessitant des équipements de première qualité : DENI
  • d'avoir feint d'ignorer des conditions sanitaires de travail des collègues : promiscuité des salariées dans une atmosphère chaude, humide et mal ventilée chargée de micro-gouttelette en suspension : DENI
  • de ne pas avoir tenu compte des demandes effectuées dans les instances du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation en matière de protection de la santé et des conditions d'hygiène au travail : REFUS
  • de n'avoir donné aucune suite Monsieur Le Ministre Didier Guillaume à notre courrier de la CGT Agri en date du 16 avril dernier vous alertant sur la situation et demandant votre intervention pour la mise en oeuvre immédiate de mesures de protection : MEPRIS

 

L'employeur (tous secteurs confondus : privé/public) doit veiller à la santé et sécurité au travail en mettant en place les actions de prévention, évaluer les risques professionnels des postes de travail. L’aménagement et l'utilisation des locaux de travail doivent respecter les règles en vigueur. En cas de non-respect, l’employeur verra engagé sa responsabilité civile et/ou pénale.

Dans les abattoirs toutes les conditions sont réunies pour que le virus se propage et que ces lieux de travail deviennent des foyers épidémiques.

NON aux exigences de rentabilité voulues du patronat, encouragées par le laissez-faire scandaleux et les mesures honteuses assumées par Didier Guillaume Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation au détriment de la santé de tous less salarié.e.s du public comme du privé.

 

NOUS NE SOMMES PAS DE LA CHAIR A PROFIT

 

Contacter Le Collectif Service Véto de la CGT Agri

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 01.49.55.55.89

 

 

 Communiqué en version PDF