CAP DES SECRETAIRES ADMINISTRATIFS AVANCEMENTS DE GRADE DU JEUDI 21 JUIN 2018

Typography

Déclaration liminaire de la CGT AGRI - FSU 

Le gouvernement nous a présenté un projet de suppression du paritarisme afin de faciliter une déconcentration managériale de la fonction publique.
Nous nous opposerons à ce que disparaissent les compétences des représentants des personnels dans les commissions administratives paritaires
En effet le gouvernement prévoit de ne plus les consulter sur :
- les projets de mouvement des personnels
- l’établissement des listes d’aptitude et des tableaux d’avancement annuel nominatifs
- certaines sanctions disciplinaires

Cela conduirait à donner aux chefs de service et d’établissement plus de latitude.
Cette volonté gouvernementale de contourner les élus des personnels est en contradiction avec le statut de la fonction publique qui prévoit une gestion collective des fonctionnaires et l’organisation des services publics par l’intermédiaire de leurs représentants.

Le 18 juin a eu lieu à la DGAFP la réunion annuelle du rendez-vous salarial.
Pour la CGT-FSU, ce rendez-vous est un temps important du dialogue social où devrait se discuter la question des métiers des agents, de leur mission, de leur qualification, en terme de revalorisation, particulièrement celle de leur traitement indiciaire.

La réponse de la fonction publique n’est pas la hauteur des revendications en terme de salaires, de pouvoir d’achat qui sont des préoccupations majeures des agents. Après des années de gel de la valeur du point d’indice, nous étions en droit d’attendre des vraies propositions.

La FS-CGT s’est toujours opposée à l’individualisation des carrières menant au salaire au mérite car cela ne conduit pas à l’amélioration des conditions d’emploi pour les agents, mais à une dégradation de celles-ci.

En effet, renforcer la part du mérite dans la rémunération relève d’une notion subjective et variable selon les temps, les lieux, les hiérarchies,…

Elle nie les relations professionnelles dans un même collectif de travail, elle dessert l’intérêt commun qui est au coeur des missions et n’est pas adaptée au travail des agents de la fonction publique.
Cela pourrait même nuire à l’esprit collectif nécessaire qui devrait être l’axe majeur de réflexion, y compris en terme de reconnaissance des agents au service de l’intérêt général.

L’arrêté du 8 juin 2018 (J.O. n° 136 du 15 juin 2018) relatif au taux pro/pro 2018-2020 confirme la baisse inacceptable du nombre de promotions, jusqu’à deux points par rapport au dernier plan triennal 2015-2017.
Cela se traduit par une baisse conséquente du nombre de promotions dans ces grades, de l’ordre de 40 à 50.

On voit là la volonté du gouvernement avec ses coupes budgétaires de freiner l’évolution des agents.
On voit également se profiler une gestion interministérielle qui ne sera pas bénéfique pour les secrétaires administratifs.
La CGT-FSU dénonce la décision récente du gouvernement d’ouvrir 10 000 postes environ à des contractuels pour occuper les emplois de direction dans les trois fonctions publiques.

En effet, l’ouverture de ces postes à des personnes venant du privé va constituer un obstacle de plus à une progression de carrière légitime des agents déjà en poste et va les mettre en concurrence.
Cette mixité n’est pas souhaitable car elle va détériorer encore plus les ambiances de travail déjà bien dégradées.

 

Cliquer ici pour télécharger compte rendu complet.