Comité technique ministériel Budget : suppression et précarisation des emplois

CTM
Typography

Le ministre invitait mercredi 27 septembre les organisations syndicales pour leur présenter le projet de loi de finances 2018.

=> Un budget représentatif de l'austérité et de la précarisation de l'emploi dans notre Ministère.

Comité technique ministériel Budget : suppression et précarisation des emploisLe plafond 2018, présenté comme augmenté par l'administration, dans la réalité, baisse. Entre 2017 et 2018, le MAA perd des emplois et/ou des missions (transferts), et les 37 ETPT affichés comme supplémentaires correspondront à des recrutements encore une fois précaires (50 ETPT dans les SEA pour la gestion PAC).entre 2017 et 2018, le MAA Ce que nous retiendrons principalement des documents (reçus la veille au soir...), c'est un manque de lisibilité sur les effectifs du ministère :

  • Des agents contractuels non payés par le MAA mais électeurs au CTM, non identifiés
  • Des agents titulaires du ministère non électeurs, donc hors périmètre
  • Des effectifs non titulaires absents de l'analyse des effectifs ministériels

Dès lors, en affichant un plafond d'emplois de 30362 ETPT, la présentation du budget est pour le moins tronquée, ou plutôt, aménagée pour ne pas montrer la réalité du salariat, en particulier du salariat précaire, financé par le MAA dans le cadre des budgets de fonctionnement des établissements sous tutelle, qui recourent allègrement au recrutement de CDD et autres vacataires.

Il convient donc d'y ajouter, pour une sincère analyse des salarié-es du ministère, les 14340 ETPT des établissements sous tutelle, et les quelques milliers d'agents contractuels payés sur budget de fonctionnement. Les uns comme les autres relèvent bien du budget global du ministère, et exercent des missions de service public pour le compte du MAA.

Nous serions alors plus de 50000 salarié-es...

Concernant les contractuel-les, à ce jour, l'administration n'a pas été en capacité de nous donner le nombre de personnes concernées. Elle s'y est engagée pour le prochain CTM, qui devrait se tenir en octobre. On peut d'ores et déjà dire à l'avance que les chiffres seront faux puisqu'ils s'appuieront sur un périmètre restreint non représentatif des salarié-es réalisant des missions pour le compte du ministère.

C'est pourquoi nous informerons l'administration du périmètre MAA qui nous préoccupe. Nous demanderons par la suite un groupe de travail « précarité » afin d'établir un état des lieux précis des effectifs précaires, et de leurs conditions d'emplois.

Toujours sur la précarité, le ministère entend justifier cette précarisation par un supposé manque d'attrait des emplois du MAA pour les titulaires. Si nos contractuel-les étaient titularisé-es, ils-elles ne quitteraient pas leur poste sous prétexte de « manque d'attractivité ».

Il ne s'agit clairement pas d'une question d'attractivité, mais d'une impossibilité de pérenniser nos postes dès lors qu'on réduit annuellement le nombre de titulaires. On est en plein paradoxe !

Nous voulons attirer l'attention de toutes et tous sur un point qui n'apparaît pas dans ces analyses budgétaires : l'emploi au MAA se réduit, et se précarise. Et en parallèle, les missions du ministère s'étiolent. 

Pour plus d'info, télécharger les pièces jointes ci-dessous.