CAP des ADJOINTS TECHNIQUES du 22 Novembre 2018

Typography

DÉCLARATION LIMINAIRE

Monsieur le président,
Pour ce tout dernier mandat, avant les nouvelles élections professionnelles, nous tenions à revenir sur le courrier adressé par le 3éme Ministre de l’Agriculture de la mandature Macron.

Le Ministre « compte sur nous ».

Le problème c’est que « nous » sommes de moins en moins nombreux et nous avons de plus en plus de mal à accomplir nos missions dans des conditions satisfaisantes, des délais raisonnables et pour répondre aux attentes de nos concitoyens.

Faut-il une fois encore, rappeler le nombre de suppressions de poste qui s'annonce (120 000 postes) ?
Un simple exemple en 2010 (date création des DDI) nous étions 42 977 agents en DDI aujourd'hui nous sommes 28 475 soit plus de 14 500 suppressions. Une amputation de près de 34 % des effectifs. Enfin, le regroupement du programme 333 et 307 risque de faire diminuer le nombre agents.

Le Ministre souhaite « répondre aux attentes des citoyens, en terme de qualité sanitaire »
Les missions régaliennes de contrôles qui devraient pourtant être conduites par des personnels maîtrisant leur sujet, agissant en toute neutralité, guidée par le strict respect des procédures pourraient

être à l’ avenir, si les postes sont encore pourvus, être confiés à des personnels n’ayant pas bénéficiés d’un tuilage suffisant pour apprendre leurs métiers avec sérénité, confort et recul nécessaire.

Nous partons sur un chemin où les pertes de compétences seront énormes et pourraient être très lourdes de conséquences pour nos concitoyens.

« Notre professionnalisme est reconnu et nous sommes guidés par le sens de l’Etat »

Ce professionnalisme et ce sens de l’Etat se retrouvera-t-il encore lorsque demain les contrats précaires renouvelables de 36 mois seront la norme ?
Quel avenir préparons-nous à cette nouvelle génération ?
C'est tout le maillage territorial qui s'effondre au travers de ces abandons, privatisations, délégations, transferts...

Comment assurer la continuité de nos missions avec la même rigueur alors que l’on fracasse les recrutements de fonctionnaires titulaires ? un contrôleur là où il en faudrait 10 !.

Dans les SEA le téléphone ne sonne plus que l’après-midi pour cause de pénurie de personnel et de retard énorme dans le traitement des dossiers. La PAC, les MAE … tout est en retard... Les avances de trésorerie remboursables ne suffissent plus à contenter les exploitants agricoles.

Puisque vous êtes, Monsieur le Ministre, « personnellement attaché à l’Agriculture »faites donc en sorte que les agriculteurs trouvent un personnel formé en nombre suffisant pour répondre à la gestion de leurs dossiers et trouver au plus vite des réponses à leurs préoccupations.

Nous sommes là pour les aider, donnez-nous les moyens humains de le faire !

 

Cliquer ici pour télécharger compte rendu complet.