CAP DES TECHNICIENS DES SERVICES DES 28 ET 29 NOVEMBRE 2018

Typography

DÉCLARATION LIMINAIRE DE LA CGT AGRI. Monsieur le Président, Voilà ! Notre mandat de 4 ans se termine et nous tenions, avant toute chose, à remercier quelques personnes :

 le SRH qui, malgré le menottage budgétaire, a tenté d'apporter des réponses à nos revendications, même si elles ne sont pas satisfaisantes,

  • Mr Eddy ALLAIN, qui nous a toujours reçu avec bienveillance et qui nous quitte pour d’autres aventures,
  • les collègues des bureaux de gestion que nous avons sollicités pour ces instances avec des dossiers pouvant être compliqués, et qui ont toujours répondu avec amabilité.

Mais un mandat qui se termine sur des actualités brûlantes, comme un coup de chaud, liées probablement au changement climatique.

En effet, l'affaire Carlos Ghosn, en parallèle de la colère des gilets jaunes, est a l'image de ce changement. On ressent à la base une très forte évaporation de la richesse produite, et un ruissellement totalement inexistant.

Comment un seul homme peut être en mesure de cacher 17 millions d'euros de revenus, alors que le commun des travailleurs, retraité, exclus, a du mal à finir le mois ? On peut se demander si l'évaporation ne condense pas que pour certains …Les profits du CAC40 s'envolent vers le seuil symbolique des 100 milliards d'euros, avec un ruissellement canalisé vers les poches des actionnaires.

De plus, la mort annoncée des systèmes de protection sociale, par la fin des cotisations sociales, est couplé à la destruction des services publiques, pour remettre le cadeau entre les mains des premiers de cordées, chers à notre Président. 

Au sein du Ministère de l'Agriculture, cela se traduit par des baisses d'effectifs dans la majorité des budgets opérationnels, ou une augmentation sous la forme d'aumône pour le BOP 206. Alors que le besoin en effectifs se fait criant à chaque nouvelle crise (grippe aviaire, FCO, peste porcine africaine …), les services manquent de bras, ce qui est à l'origine de la recrudescence du mal-être des agents au et hors travail.

La gestion quotidienne, quels que soient les services, n'est plus assurée qu'en mode dégradé, ou pire dans l'urgence. Les logiciels sont inadaptés, non stabilisés avec des incompatibilités avec les logiciels bureautiques, ou entre « briques », constituant ces logiciels.

ISIS, OSIRIS, RESYTAL : même combat !
Saisies multiples, pertes d'informations alourdissent encore une charge de travail déjà bien lourde. 

Cliquer ici pour télécharger compte rendu complet.