Agir dès le 24 septembre pour préserver et améliorer notre système de retraite

Actualité
Typography

La majorité des Français soit deux sur trois sont opposés à la réforme des retraites que prépare le gouvernement, et 93 % d’entre eux refusent la baisse de leur pension, chèrement gagnée tout au long de leur carrière professionnelle. 

Le système actuel par répartition est fondé sur la solidarité intergénérationnelle et est largement finançable par une des « grandes puissances mondiales ». En prenant en compte la diversité et l’évolution du monde du travail actuel et les enjeux d'égalité salariale s femme - homme , il doit être amélioré pour garantir des retraites décentes à tous et toutes.

Or le projet du soi-disant régime universel par point préconisé par Emmanuel Macron et construit par Jean-Paul Delevoye. a pour seul objectif, de nouvelles économies budgétaires sur le dos du monde du travail avec des perspectives de spéculations juteuses pour la finance.

La réforme des retraites ou la poursuite d'une politique d'austérité budgétaire

Comme tou.te.s les salarié.e.s, nous avons plus à perdre qu'à gagner dans ce projet de destruction du système par répartition. Qui peut encore croire que le gouvernement Macron-Philippe œuvre pour le bien des salarié.e.s et, dans notre cas, des agents de la fonction publique ? Blocage des rémunérations avec le gel du point d'indice, suppression des emplois, recours aux contrats courts et précaires, réorganisation territoriale de l'état avec CAP 2022, fusion des secrétariats généraux des DDI, inégalité de traitement des agents avec la suppression des prérogatives des CAP et CCP, réforme du bac général imposée et suppression des seuils obligatoires, ….la liste est longue des mauvais coups !

Aussi comment comprendre le positionnement des organisations syndicales prêtes à accompagner les projets régressifs du gouvernement ?

Avec la réforme Macron, la retraite par points c'est :
 

pour préserver et améliorer notre système de retraite

→ la fin des retraites par répartition et du principe de solidarité intergénérationnel
→ la valeur du point indexé sur la conjoncture économique et donc la certitude d'une baisse régulière des pensions
→ le recul progressif de l’âge de départ à la retraite pour espérer avoir une pension complète
→ le calcul sur la totalité de la carrière de la pension en intégrant le régime indemnitaire en lieu et place des six derniers mois de carrière pour les fonctionnaires 
 
 
Quels impacts pour tous les salariés, y compris les contractuel.le.s et fonctionnaires du MAA ?
 
PLUS DE PERDANT.E.S QUE DE GAGNANT.E.S !
 
pour préserver et améliorer notre système de retraite → la baisse des pensions de retraite
→ le rallongement de la durée des cotisations
→ la paupérisation des classes populaires et des précaires avec des carrières incomplètes
→ l'obligation de compléments de revenus pour les retraité.e.s pauvres
→ le renforcement des inégalités salariales femme – homme en raison des carrières incomplètes pour celles et ceux qui ont pris du temps pour éduquer leurs enfants…
→ La spoliation de la richesse créée par les salarié.e.s du public et du privé par un transfert supplémentaire vers les actionnaires et les spéculateurs
 
 
Quel impact supplémentaire pour les collègues fonctionnaires du MAA ?
 
Avec des fortes disparités de régimes indemnitaires entre corps, groupe fonctionnel du RIFSEEP et affectation, et des déroulements de carrière indécents, les catégories B et C et les enseignant.e.s auront une baisse de 20 à 25 % de pension ! La seule perspective offerte par ce gouvernement sera de partir à 62 ans avec une pension amoindrie ou un allongement de la durée de cotisation pour espérer toucher la même pension. Qui se projette à 65 ans voire 67 ans encore au travail dans l'attente d'obtenir une pension décente ? L'âge pivot est un leurre ! Avec ce projet c'est a minima un rallongement de trois années de cotisation.
 
Le 24 septembre sera la première étape d'une mobilisation qui va durer car le gouvernement, fébrile sur ce dossier, renvoie l'examen du projet de loi retraite après les élections municipales soit à l'été 2020 ! Aussi, nos organisations appellent l'ensemble des salarié.e.s du MAA à prendre le temps de s'informer sur les réelles conséquences de ce projet, à se mobiliser dès le mardi 24 septembre en se joignant aux cortèges de manifestant.e.s.