Le 5 décembre, la peur doit changer de camp !

Actualité
Typography

La CGT, FO, la FSU et Solidaires, UNL, UNEF, MNL et FIDL appellent à une journée de grève le 5 décembre. Elle permettra de dire NON à cette nouvelle attaque contre les retraites qui, comme toujours, conduirait à reculer l'âge de départ et diminuer le montant des pensions.

Ce montant sera calculé sur les salaires perçus pendant toute la carrière : tou.te.s les salarié.e.s seront perdant.e.s. et plus particulièrement les femmes qui ont, pour nombre d'entre elles, des carrières incomplètes. L'attribution de points bat en brèche toute solidarité et constitue un chèque en blanc au gouvernement pour baisser à sa guise le montant des retraites. Pour nous c'est NON !

De l'argent pour financer les retraites, les aides aux privé.e.s d'emplois, la santé, l'éducation, il y en a dans les caisses et les poches du patronat. Il croule dessous mais en demande toujours plus aux salarié.e.s, privé.e.s d'emplois, retraité.e.s, étudiant.e.s, précaires, auto-entrepreneur.se.s , artisant.e.s...

Le 5 décembre doit aussi permettre d'exprimer notre colère face aux injonctions managériales, comme les cheminots lorsqu'ils ont fait valoir leur droit de retrait, comme les agents des hôpitaux qui étaient en grève le 14 novembre ou comme les personnels d'éducation suite au suicide de notre collègue Christine Renon, directrice d'école. Pour nous, c'est aussi le ras le bol devant le blocage du point d'indice, la réduction des effectifs, l'étiolement ou la disparition de missions de service public.

Le gouvernement craint par-dessus tout, une contestation qui se généraliserait dans le monde du travail et il essaie de déminer le terrain. Pour lui, il est urgent d'attendre les élections municipales et il tente d'imposer sa fameuse « clause du grand-père », faire reposer sur les épaules de nos propres enfants la suppression du système solidaire de retraite ! Pour nous c'est NON !

Il cherche ainsi à nous diviser, alors ne soyons pas dupes !

A partir du 5 décembre ce sera pour tou.te.s les salarié.e.s du public et du privé l'occasion de mettre aussi en avant des revendications sur les effectifs, les questions de sécurité, les salaires...

Ces revendications, nous les partageons en tant que salarié.e.s du Ministère de l'Agriculture et de ses établissements publics :

► face à la destruction de nos missions,

► face à la « la préfectorisation » avec la suppression des secrétariats généraux spécifiques,

► face à la mobilité forcée des collègues de SEA (transfert de la gestion des aides non surfaciques aux régions),

► face aux inquiétudes sur le devenir de l'INFOMA,

► face aux suppressions de postes,

► face à la suppression des prérogatives des CAP et des CCP en matière mobilité et de carrière,

► face la multiplication des contrats précaires,

► face à la dérégulation des conditions de travail (collègues SIVEP dans le cadre du BREXIT)

… la liste est longue des attaques de ce gouvernement contre nos statuts et nos missions !

Il est primordial de convaincre nos collègues, proches, amis, familles de rejoindre la mobilisation dans la rue le jeudi 5 décembre, d'organiser et departiciper aux assemblées générales pour décider collectivement des suites de cette grève reconductible.

L'avenir nous appartient : s'engager et manifester sont un investissement au regard des milliers d'euros que chacun.e d'entre nous perdra si nous laissons le gouvernement imposer cette destruction totale de notre système solidaire de retraite.

Le gouvernement est inquiet, alors faisons nous craindre, montrons notre détermination, défendons tous ensemble nos droits.