Le président et le gouvernement encouragent l’affrontement et la durée du conflit !

Actualité
Typography

On nous avait promis les explications et la clarté après l’intervention du Premier ministre sur le projet de réforme des retraites. Mais, non seulement, il n’a pas levé les doutes, les inquiétudes ou la colère des grévistes et des citoyens en général mais il a élargi le front des mécontents.

Ceux qui accusaient les salarié-e-s et les syndicats d’agir avant de connaître le contenu du projet en sont pour leur frais. Le Premier ministre a bien confirmé que tout le monde allait travailler plus longtemps dans le secteur public et privé, que les inégalités allaient se creuser à la retraite et que les futures générations étaient sacrifiées au nom de la rigueur budgétaire et dans un souci d’économie sur le dos de celles et ceux qui possèdent le moins.

Le président de la République vient de le conforter en parlant de « réforme historique ».

L’ensemble des organisations syndicales de salariés, dans leur diversité, appellent à la mobilisation le mardi 17 décembre.

Seul le patronat, notamment le Medef, approuve cette réforme avec un grand sourire. C’est un repère important pour le monde du travail quand le CAC 40 affiche un tel enthousiasme pour un projet de loi.

Stigmatiser les grévistes et les manifestants en les rendant responsables de la situation que connait le pays, c’est jeter de l’huile sur le feu et c’est attiser la haine et les colères.

Fort du soutien très majoritaire de l’opinion publique, la CGT appelle l’ensemble des salarié-e-s, précaires, privés d’emploi, retraité-e-s à participer massivement aux grèves du 17 décembre. Il s’agira de dire au président et au gouvernement :

  • écoutez et entendez les aspirations et les revendications des travailleurs et des travailleuses ;
  • retirez votre projet, reprenons les discussions et n’écartez, par dogmatisme, aucune proposition pour améliorer notre système de retraite qui est le meilleur au monde.

C’est le gouvernement qui, par son obstination, veut compromettre les congés et les fêtes de fin d’année.

Après la mobilisation exceptionnelle du 5 décembre qui a constitué un marqueur, il nous faut être plus nombreux et nombreuses en grève et dans les cortèges, le mardi 17 décembre prochain. Toutes et tous ensemble.

En annonçant son projet de réforme à points, Edouard Philippe, réussit la prouesse de mécontenter toutes les organisations syndicales et une large majorité de français·e·s. Seul le patronat applaudit son intervention !

Si certains doutaient encore un tant soit peu des objectifs de ce projet, leurs doutes sont définitivement levés.

Le gouvernement prépare une société où précarité et pauvreté seraient la norme. La provocation de l’annonce d’un âge pivot n’est qu’une manœuvre dont la suppression ne changera rien au fond du projet.

C’est bien le retrait du système à points qu’il nous faut exiger et obtenir.

À l’inverse, la CGT propose un autre modèle social fondé sur la solidarité et l’amélioration des droitsen confortant le système de retraite actuel :

  • retraite à 60 ans ;
  • taux de remplacement à 75 % ;
  • départs anticipés pour les situations de travail pénible ;
  • minimum de retraite à 1800 euros brut.

Comment le financer? En augmentant les salaires, en développant les emplois stables, en élargissant l’assiette des revenus soumis aux cotisations et en cessant avec les milliards d’euros d’exonérations de cotisations.

Dans les entreprises, les départements et les communes, des Assemblées Générales doivent s’organiser afin de décider collectivement des suites de la mobilisation et de ses formes d’actions.

Dans l’unité syndicale, nous appelons à amplifier le mouvement pour le RETRAIT DU PROJET DE RETRAITE A POINTS, en participant aux rassemblements organisés partout sur les territoires le 17 décembre 2019.

 

Vous trouverez ci-dessous des liens pour plus d'information :

Pas de hasard pour ma retraite, je veux savoir quand et avec combien je partirai!

Retraites : le gouvernement maintient le cap, les syndicats appellent à durcir la lutte

Carte de mobilisations