CAP DES TECHNICIENS DES SERVICES DU MAA du 30 mai 2018

Typography

Mr le Président,

Notre Ministère est malade.
Malade de politiques publiques en application depuis des années renforcées par une volonté non dissimulée de réduire à néant les Services Publics en déléguant ou privatisant leurs missions aux profits des manias de l’agro-industrie.

Malade aussi des discours gouvernementaux contradictoires aux actes et décisions prises. Vous nous dites à chaque CAP que :

« Le Ministre est très attaché aux missions de ses services, qu’il fera tout pour les défendre ».

Force est de constater que ces belles paroles sont creuses et sans conséquences. Et quand le Ministère de l’Agriculture est malade, ce sont les agents qui toussent notamment les Techniciens supérieurs, où qu’ils se trouvent, en prise direct avec le terrain et la misère de petits agriculteurs.

Le projet de loi Agriculture et alimentation, en ce moment au parlement, loin de satisfaire à la définition ce que l’on pouvait attendre en terme de politiques publiques de l’Agriculture, issues des Assises de l’Alimentation, semble accoucher d’une souris digne d’une caméra cachée.

La promesse du Président Macron d’interdire le glyphosate est balayée par sa majorité tout comme le principe de prix plancher de rémunération des agriculteurs, les laissant à la merci des spéculateurs et agro-industriels laitiers notamment, mais par contre l’État va obliger les restaurateurs à proposer des « doggy bags ».

De qui se moque-t-on ???

Ce n’est pas le seul exemple. La réforme territoriale, annoncée comme une promesse d’économie, d’amélioration des services rendus à la population, est au final une énorme gabegie économique, par les frais de gestion entre
les différents sites, gabegie humaine, par l’usure des agents qui doivent assurer leurs missions sur des territoires plus importants, hors de toute échelle humaine. Même les usagers ne s’y retrouvent pas. Les instances de concertation ne se tiennent pas faute de moyens pour les frais de déplacement et d’hébergement dans ces méga régions, alors que les restructurations lourdes engagées impactent directement le bon fonctionnement des services et les conditions de travail et de vie des agents.

Les messages à destination des agents sont contradictoires.

Lors de comportements, que nous qualifierons ’inappropriés pour ne pas dire inacceptable envers des agents du Ministère dans le cadre de leurs fonctions, le Ministère vante à petite voix les mérites de ses agents mais ne condamne jamais. Nous avons même des directeurs, voire des Préfets qui félicitent les agents pour leur sang-froid et qui leur demande dans le même temps de ne pas porter plainte ni de faire de vagues.

Nous demandons par exemple, comment le Ministère compte gérer, entre autres, des situations inadmissibles comme celle de l’abattoir de Feuchy dans lequel le directeur de l’entreprise harcèle moralement les agents des services vétérinaires en poste, agresse et menace un vétérinaire officiel.

Et de quel droit de réponse va user Mr le Ministre suite à l’intrusion des membres du Collectif Hors Normes Bretagne dans les locaux de la DRAAF Bretagne et de la DDCSPP 35 venus demander des comptes directement aux agents sur les résultats des contrôles réalisés, le tout accompagné de journalistes et caméra.

Le ministre va-t-il continuer à recevoir à bras ouverts les lobbies de l’agro-industrie et nier les difficultés journalières dans un grand nombre de départements ?

Les agents sont démoralisés par les ordres reçus de toujours plus de chiffres et moins d’humanité. Certains collègues sont usés par la misère de petits agriculteurs à qui les politiques actuels et passés, ont fait croire à une prise de conscience collective de leur part.

 

Cliquer ici pour télécharger compte rendu complet.